Loi Pinel 2018 quels sont les changements ?

La loi Pinel

L’immobilier est un secteur où l’on rencontre beaucoup de problèmes de nos jours. En effet, les contraintes liées aux logements sont de plus en plus nombreuses. Plusieurs personnes n’arrivent pas à trouver un logement décent. Pour trouver une solution à cela, le gouvernement français a mis sur pied la loi Pinel gouv (site officiel du gouvernement). C’est un dispositif qui vise à faciliter l’accès des logements neufs aux populations. Pour cela, le gouvernement a mis sur pied certaines stratégies faites à cet effet. Cette loi concerne certaines zones et comporte beaucoup d’avantages pour les propriétaires et les locataires.

L’observatoire de l’immobilier vous conseille pour acheter un logement

Lors de la recherche d’un bien immobilier, vous devez vous projeter au-delà du prix du logement seul.
L’aspect énergétique du bâtiment est important du fait de l’augmentation incessante du prix de l’énergie mais également des répercutions que peut avoir sur l’environnement un logement peu performant.
La localisation de l’habitation est également un facteur déterminant dans les déplacements que vous ferez quotidiennement. Les services (écoles, commerces, etc.) mais également les transports en commun se doivent alors d’être les plus proches possibles afin de limiter les déplacements en voiture.
Les conseillers logements de votre département peuvent vous informer sur les conditions que doit réunir l’habitat afin qu’il réponde au mieux à vos exigences et qu’il vous permette de faire des économies.

L’observatoire adresse une alerte aux députés sur le projet de loi sécurisation de l’emploi

L’observatoire interpelle le gouvernement et les députés sur quatre mesures du projet de loi « sécurisation de l’emploi », qui peuvent mettre en danger la vie professionnelle et familiale de milliers de salariés.

il s’agit

  • de l’absence de fixation de limites à la mobilité géographique et professionnelle, dont les effets destructeurs (plusieurs dizaines de suicides) ont conduit à la mise en examen du PDG de France Télécom, alors même que l’entreprise avait négocié cette liberté avec ses syndicats ( art L2242-22 al2°).
  • de la création d’une « mobilité volontaire » qui est en réalité une incitation au harcèlement et à  l’exclusion de la population des seniors (art L1222)
  • de la possibilité de négocier l’imprévisibilité du planning des travailleurs à temps partiel (L 2241-13), non compensée par les autres mesures de l’accord, et qui détruit l’équilibre de vie des plus précaires des travailleurs, des femmes pour la plupart
  • Enfin de la substitution d’une instance négociée par l’entreprise aux missions de prévention des  CE et CHSCT (L4616 -5)  et de la réduction des délais d’expertise en cas d’enquête à … 9 jours dans 90 % des cas !(L1233-35), avec liberté de négocier des accords… encore plus défavorables (L1233_30 8°).

Ces mesures ont été ou sont déjà mises en oeuvre  dans nombre d’entreprises, petites ou grandes, et c’est à la lumière du fonctionnement réel des entreprises et du dialogue social que l’observatoire a envoyé aux parlementaires un courrier d’alerte et un dossier d’analyse.